Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

La fabrication des intercesseurs à l’intérieur d’une communauté apparaît bien chez le cinéaste canadien Pierre Perrault. [...] Perrault pense que, s’il parle tout seul, même s’il invente des fictions, il tiendra forcément un discours d’intellectuel, il ne pourra pas échapper au « discours du maître ou du colonisateur », un discours préétabli. Ce qu’il faut, c’est saisir quelqu’un d’autre en train de « légender », en « flagrant délit de légender. » Alors se forme, à deux ou à plusieurs, un discours de minorité. [...] Prendre les gens en flagrant délit de légender, c’est saisir le mouvement de constitution d’un peuple. Les peuples ne préexistent pas.

Gilles DELEUZE, Les intercesseurs, P. 8

Citation

Editorial

Editorial

Entre cinéma et quotidien, documentaire et fiction,
raconter le monde tel qu’il nous arrive.
Bienvenue.

Derniers articles

  • La culture des enfants de Barbiana

    Rubrique Geste quotidien
    Le 25 septembre 2012 par Emmanuel Massart

    « Lettre à une maîtresse d’école » est un livre écrit par des gamins de 14, 15 et 16 ans qui suivent l’école dans le village de Barbiana, en Toscane. En soi, l’expérience est déjà étonnante : des gens aussi jeunes et qui se mettent ensemble pour entrer dans le langage, chercher à s’adresser au monde. Et qu’est-ce que ce monde ? c’est d’abord une ancienne maîtresse d’école, catalysant sous son nom toutes les vexations vécues par eux comme paysans pauvres dans l’Italie des années 60.

  • Regards croisés de Manar, Saida, Sara et Siham

    Rubrique Regards croisés
    Le 8 mars 2012 par Anne

    Arpenter les rues, déambuler dans Verviers, parcourir un quartier, traverser la ville, une habitude quotidienne pour Manar, Saida, Sara et Siham... Ce qui change cette fois, c’est qu’elles ont un appareil photos en mains et une question à l’esprit. Elles partent à la recherche d’un coin de paradis, elles questionnent leur passé, elles s’interrogent sur l’insécurité, sur leur révolte, elles vont à la rencontre de leurs identités multiples, elles s’inquiètent de savoir « où sont les femmes ». Et tentent de traduire leurs réponses par des photos, leurs photos.

  • Portraits de rue

    Rubrique Un photographe dans les rues : Michel Loriaux
    Le 6 février 2012 par Des Images

    Quand Michel se balade, immanquablement, des visages lui font face. « Qui êtes-vous ? » Les regards interrogateurs se tournent vers cet homme armé d’un appareil photo, ce genre d’appareil que l’on ne voit pas tous les jours dans le quartier. « Pourquoi nous ? » « Pourquoi Hodimont ? » C’est l’occasion de parler de HVO, de distribuer une carte de visite.

  • La géographie

    Rubrique Un photographe dans les rues : Michel Loriaux
    Le 6 février 2012 par Des Images

    Le premier sentiment qui traverse le visiteur jeté dans le triangle hodimontois, le centre nerveux du quartier, c’est de ne rien comprendre, de ne rien saisir. Les gens sont là, de partout, débordant des maisons, sans cesse en zigzag pour offrir une poignée de main, entrer dans un commerce ou une association. Ici, ce n’est pas le centre de la ville.

  • Rue Spintay

    Rubrique Un photographe dans les rues : Michel Loriaux
    Le 6 février 2012 par Des Images

    Cette situation – l’affaissement d’un lieu vivant – a donné l’idée à Michel Loriaux de confronter les façades figées avec les habitants qui vont et viennent, toujours en rendez-vous avec leur présent : le retour de l’école, quelqu’un à aller voir dans le centre, une vieille dame qui rentre chez elle, un passant curieux,…

  • Les enfants

    Rubrique Un photographe dans les rues : Michel Loriaux
    Le 6 février 2012 par Des Images

    Pour comprendre un lieu, il nous faut choisir un point de vue, un angle qui va servir de repère. Pour regarder Hodimont, nous pensons que le meilleur point de vue, ce sont les enfants. Ils sont partout une fois que nous montrons un peu d’attention. Ils connaissent les recoins secrets, les passeurs à qui un « S’il vous plaît » va ouvrir une porte que l’on croyait fermée à double tour.

  • Autour de Saint-Antoine

    Rubrique Un photographe dans les rues : Michel Loriaux
    Le 6 février 2012 par Des Images

    On disait autrefois que l’église dominait les villages, que rien ne pouvait faire de l’ombre à ces pointes saluant le ciel. Les églises ont changé d’époque mais elles demeurent ces grandes dames visibles de tous. Saint-Antoine ouvre le quartier pour ceux qui traversent la rivière, venant du centre. Ses briques jaunes respirent le soleil en bord de Vesdre.

  • Vie de quartier

    Rubrique Un photographe dans les rues : Michel Loriaux
    Le 6 février 2012 par Des Images

    Dans les rues, au détour de quelques cafés, aux Mézelles ou à la mosquée, Hodimont est un quartier qui raconte mille choses pour qui sait prendre le temps. Une manière d’occuper l’espace, de faire société. Au travers des photographies de Michel, un quartier se raconte.

  • Des mains de Hodimont (III)

    Rubrique Des mains de Hodimont
    Le 7 décembre 2011 par Anne

    Mes mains servent à aider ma femme dans les tâches ménagères, la vaisselle, nettoyer. Et bien sûr, elles servent aux caresses, je n’envisage pas de faire l’amour avec ma femme sans mes mains… Avant de nous endormir, nous mettons la petite lampe et ça fait un reflet au plafond. Nous faisons alors des ombres chinoises avec les doigts. On fait des petites formes, des animaux, des petites choses qui ne ressemblent à rien. On s’entrelace les mains.

  • Des mains de Hodimont (II)

    Rubrique Des mains de Hodimont
    Le 7 décembre 2011 par Anne

    Je suis arrivé en Belgique à 26 ans pour travailler dans le charbonnage. Je n’y ai travaillé que 11 mois. Et puis j’ai trouvé un travail comme couturier à Verviers. J’ai les mains d’une demoiselle. J’ai toujours travaillé comme tailleur, de mes 18 ans jusqu’à mes 65 ans.