Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / Geste cinématographique / Défendre des films et ceux qui les font / Oliva Oliva - la genèse du film

Autres articles dans cette rubrique

Recherche

J’ai connu Nono en faisant les vendanges dans le sud de la France, et nous nous sommes lié d’amitié. On le voit plusieurs fois dans mon court métrage L’année dernière à Rasiguères. Nono venait de Salamanque, apportant avec lui du miel et du pollen. Il aime bien être sur la route et partout a des amis.

Nono est avant tout apiculteur. Avec son père et ses frères, il travaille dans l’exploitation familiale. Mais en tant que biologiste diplômé, il fait de temps en temps des remplacements dans une école professionnelle et reste en contact avec l’université.

Nono m’a invité à Salamanque et je lui ai rendu visite à la Finca. (Finca signifie ’domaine’, ’propriété rurale’ - une expression qui paraît d’ailleurs un peu exagérée). La Finca des Oliva se trouve à environ cinq kilomètres de la ville, au bord du Río Tormes. C’est là qu’ils ont leur atelier d’apiculture. Dans le haut du bâtiment se trouve l’appartement où vivait à l’origine toute la famille. Maintenant Nono y habite seul - et souvent il accueille ceux de passage.

Nono et son frère Manolo m’ont emmené à un rucher à proximité de la Finca pour me montrer les abeilles et leur travail. Avant même d’avoir enfilé le masque de protection, j’étais déjà piqué une première fois - nous nous étions trop approchés des ruches avec le camion. Puis j’ai enfilé le costume d’apiculteur et suis parti au milieu des abeilles qui se précipitaient bruyamment sur moi.

Nous avons parlé du documentaire Las Hurdes que Buñuel a tourné en 1932 dans les montagnes au sud-ouest de Salamanque. A ma surprise, il m’a confié que son grand-père avait figuré dans le film. La famille Oliva est originaire de la Sierra de Francia, région voisine des Hurdes. Pour les Oliva, le film de Buñuel est un document précieux : il montrerait exactement les conditions dans lesquelles eux-mêmes avaient vécu à l’époque. Buñuel évoque l’apiculture comme une des activités la plus importante de la région.

À la suite d’amitiés nouées à Salamanque, je suis allé m’installer en Espagne pendant un an. D’abord à Salamanque, puis à Valladolid - à une heure et demie de train de Salamanque -, j’ai gagné ma vie en donnant des cours d’allemand et de français.

Au mois d’août, l’occasion s’est présentée de filmer chez les Oliva. Je m’y suis rendu avec une caméra super8 et juste assez de pellicule. Avec moi également, un appareil photo, un petit micro et un pied. Le tout dans un sac à dos. Je voulais observer les apiculteurs au travail et les filmer. Et puis Nono m’avait parlé d’un voyage en Estrémadure, un nom excitant en lui-même.

Le soir de mon arrivée à Salamanque, ayant la sensation de m’engager dans une aventure, je me suis mis à écrire un journal. Au bout de quelques jours, j’ai eu l’idée d’en faire le texte du film. Désormais, je débordais le travail de l’apiculture.

De toute manière, mes ambitions d’origine ont buté sur plusieurs pannes et mésaventures - perte de la récolte en Estrémadure, panne de camion, la nuit qui m’empêchait de filmer. Je ne parvenais pas à obtenir les images que j’avais imaginées.

D’autant plus que, depuis quelque temps, la situation de la famille était assombrie par l’expropriation de la Finca, qui devait faire place à une station d’épuration. C’était surtout Nono se chargeant de la paperasserie qui a entraîné la lutte pour une indemnisation équitable.

J’étais de nouveau invité à Salamanque pour le mois de septembre - les Oliva aussi tenaient à ma démarche. Ce mois-là commençait la récolte du miel sur le plateau de Castille. C’était encore Nono qui venait me chercher, il avait de temps en temps des choses à faire à Valladolid. Vu le peu de pellicule à disposition, j’ai régulièrement eu l’occasion de participer aux travaux des Oliva.

PLUS

- Présentation du film
- Une vie d’apiculteur
- Extrait du journal du réalisateur

Répondre à cet article