Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / Geste cinématographique / Défendre des films et ceux qui les font / Oliva Oliva - une vie d’apiculteur

Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Les Oliva entretiennent plus de mille colonies d’abeilles. Ils sont organisés en coopérative et - selon les besoins - ils travaillent chacun seuls ou ensemble. Leurs ruchers sont parfois placés à des centaines de kilomètres de Salamanque, dans des coins très isolés. Les Oliva sont continuellement sur la route. Suivant les cycles de floraison, les ruches sont transportées d’un lieu à un autre, toujours de nuit.

Les abeilles hibernent au sud des montagnes de Salamanque qui séparent la Castille de l’Estrémadure. Dans ce paysage - intersection de deux zones climatiques - l’apiculture est un métier de tradition. Dans le film de Buñuel, on voit bien les vieilles ruches cylindriques en chêne-liège avec lesquelles travaillait le père Oliva.

Au printemps, ils élèvent de nouvelles reines tandis que les abeilles ramassent inlassablement le pollen, vendu plus tard en Allemagne (dans des magasins bio). A cette époque de l’année, les hommes restent hors de chez eux pendant trois mois. Les femmes préparent de grandes quantités de nourriture en prévision de ces déplacements.

Valero, le village d’origine des Oliva dans la Sierra de Francia, est considéré comme l’un des plus grand producteurs de miel et de pollen d’Espagne. Pourtant, les apiculteurs n’y font pas fortune. Après avoir travaillé dans les années soixante dans une usine textile de Remscheid, en Allemagne, les Oliva sont venus s’installer à Salamanque pour y monter une apiculture moderne. Et voilà qu’ils se font chasser de leur Finca.

PLUS

- Présentation du film
- Genèse du film
- Extrait du journal du réalisateur

Répondre à cet article