Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / Geste cinématographique / Qu’est-ce que le cinéma ? / Séminaire V / cinémas de rupture / 03 - Petite histoire du documentaire - Avant 1945

Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Deux mots sont revenus durant les différents séminaires de cette année : « geste » et « documentaire ». Deux mots régulièrement accolés. Le mot « documentaire » n’est pas un genre bien sûr mais tout film dont la matière première est dans le déjà là. Cela existe en soi, dans le monde. Le geste documentaire se trouve aussi dans la fiction. Ce geste veut dire qu’il y a mise en mouvement. Se déplacer en espérant changer la donne de départ, modifier les rapports. Le geste documentaire parle de l’outil caméra quand il provoque ce déplacement.

La caméra ne se contente pas d’enregistrer la réalité. Elle enregistre ce qu’elle crée. Elle enregistre ce qu’elle suscite. C’est un acte. Filmer, c’est un acte, c’est un geste avec un outil et cet outil provoque quelque chose. Cela concerne aussi la fiction parce qu’un scénario, un objet de départ, peut être mis à l’épreuve du tournage lui aussi.

Il y a geste documentaire quand chaque pôle documente l’autre. C’est une relation entre le filmeur et le filmé. Je reçois comme spectateur une trace de cette expérience-là. Ce geste est risqué parce que je ne sais pas à l’avance ce qu’il va provoquer. Dans le cinéma majoritaire, il faut remettre à l’arrivée un beau produit. Le geste documentaire engage par contre quelque chose dont on ne peut connaître la réponse d’avance. C’est pour cela qu’il y a film.

Ce geste-là a une histoire. Elle est minoritaire il est vrai. Mais cette histoire croise quelques grands moments de rupture dans l’histoire du cinéma. Je voudrais à présent brosser brièvement ces 4 ou 5 moments de rupture opérés dans l’histoire du cinéma et reliés à cette idée de geste documentaire.

D’abord rappeler qu’aujourd’hui, voir dans des salles de cinéma un documentaire, c’est quelque chose de nouveau. Jusqu’à 1945, le documentaire est une branche pauvre chargée d’une mission : il doit servir.

Le cinéma documentaire doit servir l’état, c’est un outil de propagande. Il doit servir l’industrie. Il doit servir l’enseignement. Ou même servir les premières parties de programme : les séances étaient autrefois construites autour d’un film principal précédé d’actualités, d’attractions... C’est le Maréchal Pétain qui est le papa du documentaire français. Il a imposé l’idée qu’un documentaire devait durant la guerre précéder le film lui-même. Il s’agissait d’exalter la patrie bien sûr. Cela a desservi la cause puisque s’est répandue l’idée que le documentaire n’était pas du cinéma ou au mieux sa part ennuyeuse.

Il y a quelques exceptions spectaculaires : Robert Flaherty, Henri Storck, Joris Ivens, Jean Vigo, Dziga Vertov,... Peu de gens. Ils ont d’ailleurs en commun une frange avec le cinéma expérimental. Storck par exemple est le père du documentaire belge mais est tout aussi bien le père de l’expérimental belge. Quand il filme la plage d’Ostende, ce n’est pas les femmes au soleil qu’il montre mais plutôt les vagues, le ressac, l’écume. Dans les revues d’avant-garde de l’époque, on voit des textes de Storck, d’Eisenstein et d’autres. La frontière n’est pas étanche.

Flaherty réalise avec L’homme d’Aran un film très particulier. Il est parti vivre deux ans sur une île avec sa femme, l’île d’Aran près de l’Islande. Une île où la hauteur maximale de l’herbe est de un demi-centimètre à cause du vent. Une centaine de familles, des moutons et puis c’est tout. Il va faire un film sur les pêcheurs durant deux années. Dans une petite maison, il a une salle de projection, une salle pour développer la pellicule...

Il filme, il développe et puis regarde le résultat. Il constate ainsi à chaque vision ce qu’il lui manque et repart le lendemain le filmer. Il tourne pour voir. Il montre pour voir. Deux ans ainsi. Ce n’est pas une captation du monde mais sa recréation. Par exemple : pour avoir une tempête dans le film, il a dû en filmer cinquante et obtenir ainsi sa vision de la tempête. C’est loin de l’image innocente que nous avons du documentaire.

Précédent

Séminaire V - Cinémas de rupture

Suivant

 

TOUTES LES PAGES DE LA RUBRIQUE « SEMINAIRE » SONT DES RETRANSCRIPTIONS DE PRISES DE PAROLE ET NON DES TEXTES ECRITS. LE SEMINAIRE DES IMAGES EST ANIME PAR PATRICK LEBOUTTE. LORSQU’AUCUN NOM N’EST MENTIONNE POUR L’INTERVENTION, L’AUTEUR EST PATRICK LEBOUTTE.

Répondre à cet article