Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / L’association / Archives / ciné-club Regards documentaires / RD n°09 / « Au-delà » de Anne Closset / RD n°9 / « Au-delà » - Notes de la réalisatrice Anne Closset

Notes de Anne Closset sur « Au-delà »

Emin, jeune garçon de 23 de nationalité turque, musulman de confession, part sur les traces de Jacob, 40 ans, de nationalité belge, passionné de judaïsme.

Emin a grandi, écartelé entre deux mondes, d’un côté sa famille qui voulait en faire un bon musulman turc et de l’autre, son quartier où prostitution, réseaux mafieux et communauté turque cohabitent. A 12 ans, il rencontre Jacob qui va devenir son père spirituel jusqu’à ses 17 ans.

Aujourd’hui, Emin est sans travail, avec des problèmes judiciaires, une femme, un enfant, et un mal de vivre qui l’empêche d’avancer. En partant sur les traces de Jacob, Emin tente de remettre de l’ordre dans sa vie.

Devenue sa confidente, je l’épaule dans ce voyage. Un jour, il me confie « Tu sais, ce film est la première chose que j’ai envie de bien faire dans ma vie. »

Entre la caméra et Emin s’installe une triple relation : quand il réfléchit, elle devient une partie de lui. Quand je l’interpelle, il lui parle comme à une amie. Quand il l’oublie, c’est quand il parle à Jacob.

C’est dans cette relation très particulière que commence ce voyage avec Emin.

Un voyage entre Bruxelles, le quartier d’en bas, celui qu’il connaît bien et la Haute-Savoie, la montagne de Jacob qu’il aimerait connaître.

Avec une certaine nostalgie, il va retrouver des amis de Jacob, des personnes qu’il lui avait fait rencontrer et dont il lui avait parlé.

Ces rencontres redonneront vie à Jacob (décédé) et questionneront Emin sur son passé difficile de jeune immigré en proie à la délinquance. Cette confrontation avec Jacob et ses amis déstabilise tout le système de valeur d’Emin et met en relief les mécanismes qui l’empêchent d’exister. Emin confronte sa conviction « tu n’existes que si tu as de l’argent », à celle de Jacob, « l’argent tue et asservit. »

Jacob lui a appris beaucoup de choses sur la vie, mais il y a une chose qu’Emin aurait voulu faire avec Jacob, c’est s’envoler du haut d’une montagne en delta-plane.

Ce rêve, il va tenter de le réaliser.

A 22 ans, il revient chez moi pour savoir où Jacques était enterré. Il lui avait promis que s’il mourait, il irait graver une étoile de David sur sa tombe. Il ne l’avait pas fait et en avait des cauchemars.

J’étais très touchée par la manière dont il parlait de Jacques, dont il était habité par lui et dans ce besoin de le retrouver. Ses yeux tentaient de trouver en moi quelque chose qui le rapprocherait de lui. Ce soir-là, comme emportés par un inexplicable besoin, nous avons décidé de faire un film ensemble, « pour Jacob ».

 Retour

Répondre à cet article

Forum

  • > « Au-delà » ...et parall’ailes littéraires

    4 mars 2006

    En lisant ces quelques lignes, je pense à la plume aérienne d’Erri de Luca, et à son livre Montedidio, rencontre d’un jeune garçon en quête d’envol et d’un vieux cordonnier juif. Je me réjouis de cet Au-delà !