Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / Geste cinématographique / Le cinéma de Paul Meyer / Hommage rendu à Paul Meyer lors de son enterrement à Visé

Autres articles dans cette rubrique

Recherche

HOMMAGE A PAUL MEYER AU CIMETIERE DE VISE

JEUDI 4 OCTOBRE 2007

« Paul Meyer est né à Limal dans le Brabant le 29 septembre 1920. Cette même année on arrête deux usagers dans un tramway de Brockton, dans le Massachusetts. Ils se nomment Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti.

Paul est décédé précisément à 87 ans, ce 29 septembre 2007, dans son appartement, ici, à Visé.

Précis Paul l’était dans son écoute, dans ses paroles, dans son écriture, dans ses combats, dans sa compréhension des hommes et du monde qui nous entoure. Il aimait les points sur les « i » et filmait comme on prépare une farce avec ses amis. Un peu trop précis au goût de certains...

Après des études d’Architecture à la Cambre, Paul s’engage dans le théâtre pour enfants puis dans le théâtre politique. Paul réalise en 1957 Klinkaart d’après la nouvelle de Piet Van Aken. Un peu trop dérangeant au goût de certains...

40 ans après la catastrophe minière de Marcinelle, le 30 août 1996, Paul Meyer et Anne Michotte introduisent, auprès du Ministère de la Communauté française de Belgique, le pré-scénario du film Le bois du Cazier qui deviendra La mémoire aux alouettes. Le film est reconnu par le Ministère de la Culture italien « di interesse Culturale Nazionale (per motivi artistici et culturali). » 2.996.290 d’euros sont alloués à la coproduction par l’Italie (51%), par la Belgique (29%) et par la France (20%). Les coproducteurs belge et italien ont des problèmes de trésorerie et privent Paul et Anne des moyens pour produire le film.

En 2005, le Secrétariat général de la Communauté française Wallonie-Bruxelles informe Paul Meyer et Anne Michotte qu’il ne peut ni intervenir auprès de son homologue italien pour récupérer les rushes et l’argent promis au producteur italien, ni contraindre le producteur belge à rembourser, ni même accorder une aide à la finition. La Mémoire aux alouettes un film de Paul Meyer et d’Anne Michotte. Tous deux un peu trop obstinés au goût de certains...

Flash Back. En 1959, Paul réalise Déjà s’envole la Fleur maigre. Le film est primé partout mais ne correspond pas à la commande. Non seulement Paul ne touche pas l’argent promis par l’Administrateur général du Ministère, mais son successeur, un socialiste du Borinage, le traîne devant la Cour des Comptes pour le forcer à rembourser son avance. Paul rembourse durant de longues années. Peu avant cela pourtant, un autre ami lui avait proposé de se mettre en faillite. Un peu trop honnête au goût de certains...

A 87 ans Paul travaillait encore avec les cordonniers, les vendeurs de poisson, les mineurs italiens, ceux qui sont contraints de quitter leur village, leur quartier ou leur pays... Ignorance ou provocation ? Ni l’une ni l’autre. Ce grand homme au petit cigare toscan rivé au coin des lèvres, l’œil malicieux, nous dira toujours qu’il faut vivre !

Paul tu es, tu as été, tu seras avec nous. Un peu trop libre au goût de certains...

Je ne saurai rien de ma vie,
Sang obscur et monotone.

Je ne saurai qui j’aimais, qui j’aime,
Maintenant que replié, réduit à mes membres
Dans le vent gâté de mars
J’énumère les maux des jours déchiffrés.

Des branches
Déjà s’envole la fleur maigre
Et moi j’attends
La patience de son vol irrévocable.
 »

Répondre à cet article