Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / Geste cinématographique / Cinéma et travail / Femmes-machines (3) - La Chanson des grévistes

Autres articles dans cette rubrique

Recherche

La chanson des grévistes

1. Le travail c’est la santé
 Rien faire c’est la conserver
 Les prisonniers du boulot
 Font pas de vieux os

2. Les délégués ont demandé
 La direction a refusé
 Mais nous les femmes, il faut marcher
 Pour faire trotter nos délégués

3. Le travail c’est la santé
 Pour ça faut être augmentés
 S’ils refusent de nous donner
 Faut pas travailler

4. La direction a proposé
 Cinquante centimes aux délégués
 Mais nous les femmes on a r’fusé
 On n’demande pas la charité

5. Le travail c’est la santé
 Pour ça faut être augmentés
 Les centimes c’est pas assez
 Pour se faire crever

Par la suite, deux couplets furent modifiés comme suit :

2Bis. Le syndicat a demandé
 La direction a refusé
 Mais, nous les femmes, il faut marcher
 Il faut aider nos délégués

3Bis. Le travail c’est la santé
 Pour ça, faut être augmentés
 Si le patron ne veut pas payer
 Faut pas travailler

La grève en chantant

Représentez-vous donc : une salle comble, des milliers de femmes chantant des couplets qu’elles avaient arrangés elles-mêmes sur l’air de « Le travail c’est la santé » de Henri Salvador !

Jean Braham - Ancien permanent de la centrale des métallos de la CSC

On a tout le temps chanté ! On avait notre chanson ! Et il n’y a pas longtemps, il y a quelques jours, je l’ai entendue à la radio, chantée par Henri Salvador. C’était une chanson de lui évidemment, mais moi, en l’entendant, je traduisais les paroles de la chanson de l’FN sur ses paroles à lui ! Mais je ne suis plus capable de la chanter parce que je sens toujours l’émotion qui monte...

Rita Jeusette- Femme-machine

On avait cette fameuse chanson qu’on chantait. Mais parfois, il y en avait qui chantaient pour ne pas pleurer hein !

Charlotte Hauglustaine - Femme-machine

A la fin de chaque réunion, on chantait « L’Internationale », malgré la présence des deux syndicats. Ca ne nous a jamais gênées. Après tout, c’est le chant des ouvriers ! « L’Internationale » et le « Chiffon rouge », ce sont les chants des ouvriers.

Rita Jeusette - Femme-machine

Publié dans « Femmes-Machines », sous la coordination de Catherine Libert, s. d., Yellow Now

 Femmes-machine (1) - Premières impressions
 Femmes-machines (2) - C’était un 16 février...
 Femmes-machine (4) - « Mémoire » par l’historienne Marie-Thérèse Coenen

 Retour

Répondre à cet article