Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / Geste cinématographique / Cinéma et travail / Femmes - machines (2) - C’était un 16 février...

Autres articles dans cette rubrique

Recherche

C’était le 16 février. Il y avait d’abord eu une réunion le 9 février, les femmes avaient répondu : « D’accord, on le remet et on se revoit dans huit jours. » Le 16 février, on est allées comme d’habitude au réfectoire et là, les délégués nous ont dit : « On n’a pas remis le préavis de grève parce que le patron est prêt à discuter. » Alors là, ç’a été la révolution !

Charlotte Hauglustaine - Femme-machine

Je ne m’en souviens pas bien... Je sais que tout d’un coup on a coupé toutes les courroies, on n’entendait plus de bruit dans les halls sans les machines, on n’entendait que les femmes.

Je me rappelle d’une femme, Jeanne je crois, une femme d’1m80, une centaine de kilos, donc elle en imposait ! Elle a commencé à gueuler, à attirer tout le monde vers elle. Et je crois que c’est comme ça que ça a débrayé. C’est parti du grand hall et puis tous les autres ont suivi.

Tony Ianieri - Délégué syndical à la FGTB du Groupe Herstal SA

La petite Germaine

La petite Germaine, c’était une petite vieille dame qui travaillait au petit hall. Il fallait pas lui marcher sur les pieds hein ! parce que t’aurais eu son sabot sur la tête !

Elle criait dans la salle et on lui a dit : « Viens t’expliquer au micro ! » Alors, elle a dit : « Dji n’ pou nin djazer ! Dji n’ sé nin djazer ! » Je ne suis même pas sûre qu’elle aurait pu tenir une conversation en français ! C’était une bonne wallonne et elle disait tout plat ce qu’elle pensait ! Mais c’était une courageurse ! Elle était à la tête du démarrage de la grève.

Alors elle est grimpée sur la scène, près des délégués syndicaux et c’est elle qui a dit : « C’est fini ! On nous a leurrées assez ! C’est terminé ! On a eu assez de promesses ! On n’a rin du tout ! On’nnè va !! Qu’i tirèsse leû plan ! »

Elle était communiste, il n’y a rien eu à faire, elle a démarré et tout le monde l’a suivie parce qu’elle était fort aimée à la FN !"

Jenny Magnée - Femme-machine

Publié dans « Femmes-Machines », sous la coordination de Catherine Libert, s. d., Yellow Now

 Femmes-machines (1) - Premières impressions
 Femmes-machine (3) - La chanson des grévistes
 Femmes-machine (4) - « Mémoire » par l’historienne Marie-Thérèse Coenen

 Retour

Répondre à cet article