Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / L’association / Archives / ciné-club B-docs / B-docs n°02 : Portraits

Autres articles dans cette rubrique

Recherche

B-Docs présente ce mois d’octobre trois portraits où la parole tient un rôle central. Avec des films de MANON DE BOER, FLORIAN ECREPONT et YUEN.

1. ERRANCE de Yuen, 18 minutes, B 2005

Un jeune Chinois filme son père aveugle à Hong- Kong. Le père, chez lui ou avançant dans l’espace public, poursuit avec obstination son métier de calligraphe. Un film sans paroles où la bande son est d’une richesse extrême.

2. CHARLOTTE de Florian Ecrepont, 30 minutes, B 2008

Charlotte a 18 ans. Elle est anorexique. Face à la caméra, elle parle de sa maladie, de sa famille, de ses idéaux.

3. RESONATING SURFACES de Manon de Boer, 39 minutes, B 2006

Le portrait de la psychanalyste brésilienne Suely Rolnik, une proche amie de Deleuze. Différents thèmes s’ y répondent : la relation à l’Autre, entre corps et pouvoir, entre langage et résistance.

Biographies

Manon de Boer

Manon De Boer vit à Bruxelles. Son travail a été projeté largement, notamment au Mood Salon, Biographies, Athènes ; Happy New Ears, Courtrai ; MUHKA-Media, Anvers, et au KVS à Bruxelles (tous en 2007). Elle a remporté le Prix Marseille Espérance au DIF, Marseille (2006) et le prix du Meilleur Film Expérimental à la 14e Courtes Vila do Condo Film Festival, Portugal (2006). Ses expositions récentes en solo : Jan Mot Gallery, Bruxelles (2007, 2005 et 2003) ; et SKOR, Amsterdam (2002). Ses expositions de groupe récentes : International et les Projets Nationaux, PS1, New York ; Archives Ouvertes, Argos, Bruxelles, 2 ou 3 choses que j’ignore d’elles, FRAC Lorraine, Metz ; and Territoires de l’Image, Musée des Beaux-Arts, Lille (tous en 2007). Elle a participé à la Biennale de Venise en 2007 et prendra part à la Biennale de Berlin en 2008. Son travail a aussi été exposé au Witte de With, dans le cadre de l’exposition Don Quijote (2006).

Florian Ecrepont

Florian Ecrepont est né le 31 juillet 1985 à Braine-le-Comte, en Belgique. Après avoir commencé des études générales en début du secondaire, il se dirige rapidement vers l’enseignement artistique d’abord à Namur puis à Saint-Luc Bruxelles où il étudie les arts plastiques et termine par deux années d’infographie. Voulant s’ouvrir davantage aux différentes pratiques artistiques et en particulier celles relatives à l’image, au dispositif vidéo/cinéma, il entre en 2006 à l’Ecole de Recherche Graphique de Bruxelles, section Cinéma d’Animation et Vidéo Documentaire/Installation où il étudie toujours actuellement. Filmographie sélective : Myriam, Documentaire, 19’, 2006 ; Poussy, Vidéo Expérimentale, 3’, 2007 ; Kitchenaid, Vidéo Expérimentale, 2’, 2007 ; Charlotte, Documentaire, 37’, 2008.

Yuen

Yuen a reçu l’enseignement de la calligraphie et la peinture chinoise en Chine. Ensuite il a étudié les arts graphiques à Hong Kong. Désirant venir en Europe, il a abouti en France pour une formation d’art plastique. Depuis 2000, il exerce ses activités artistiques et participe à des projets dans les galeries et les institutions, utilisant divers médiums tels le dessin, la peinture, le volume, l’installation. Sa démarche évolue vers une recherche expérimentale depuis trois ans. Actuellement il travaille sur le rapport entre son et image, projet au coeur de son prochain film INTIME/MONDE, en plein de Hong Kong.

Liens


« Charlotte » de Florian Ecrepont : être parfaite entre guillemets
(Par Emmanuel Massart, le 6 octobre 2008)

Je m’appelle Charlotte, j’ai 18 ans. Je vis avec mon petit frère, ma petite sœur, mes deux grandes sœurs et, mon papa et ma maman. On vit tous encore à la maison. Un blanc de presque trente secondes suit les premiers mots du film, les premiers mots d’une adolescente que nous découvrons face à la caméra. Elle est au centre et il n’y a qu’elle à regarder, détachée du mur nu contre lequel elle appuie de temps à autre sa tête. Elle promène son regard, croise celui du cinéaste, étouffe une parole vers lui que nous ne comprendrons pas, ponctuée d’un rire retenu. Elle baisse la tête, cherche à recouvrir sa concentration, essaie de reprendre la parole, de commencer l’histoire, son histoire.

Discussion avec Manon De Boer et Pierre Creton sur radio Grenouille à propos de l’importance de la caméra quand l’on travaille sur le réel

(Dans le cadre du Festival du Documentaire de Marseille 2008 où Resonating surfaces était présenté - Fichier MP3 disponible au téléchargement sur cette page. Durée : 1h. Taille : 54 Mo.)

J’étais très intéressée par la mémoire et comment les gens se rappellent leur vie. J’ai commencé à faire des entretiens avec des gens. Petit à petit, le texte est rentré dans mes travaux. C’était des choses que je montrais dans des lieux artistiques, pas des cinémas. J’ai vraiment découvert le son dans mon travail et comment cela peut donner une couche de sens supplémentaire, autonome.[...]
Ce que j’aimais bien dans l’histoire (de Suely Rolnik n.d.l.r.), c’est qu’elle a compris toutes ces théories de Deleuze et Guattari par sa propre expérience. C’est son expérience qui l’a fait penser à certaines choses sur elle mais aussi sur la théorie. Cela ne reste pas trop théorique, c’est son vécu qu’elle raconte. Vers la fin du film, les images deviennent très blanches et très obscures. Je voulais que la voix et son histoire soient beaucoup plus présentes, que cela soit son histoire qui évoque des images.


B-Docs N°02 : Portraits
Dimanche 19 octobre 2008 à 18h
L’Aquilone - 25, Blvd Saucy, 4020 Liège
Entrée : 3 euros - Cantine ouverte
En présence des réalisateurs (sous réserve)

Le programme de B-Docs est également présenté à Kranfilm à Bruxelles. (voir www.kranfilm.net)

Répondre à cet article