Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / Geste cinématographique / Etats généraux du documentaire de Lussas 2008 / Une semaine à Lussas / Rencontre avec le collectif « Sans Canal Fixe »

« Sans Canal Fixe » est un collectif de réalisateurs originaire de Tours. Né il y a dix ans, suite au constat d’une inadéquation entre leurs envies de cinéastes et la réalité de l’industrie cinématographique, ils choisissent de mettre en commun du matériel et leurs compétences pour pouvoir mener à bien leurs projets. Leur sélection dans la catégorie « Incertains Regards » pour leur série de dix courts métrages intitulée « Un jour en France » a été pour nous l’occasion de les rencontrer et d’échanger nos propres expériences.

Un jour en France est né d’une volonté conjointe de SCF et de l’association « Cent Soleils » de dresser un état des lieux de la France avant les élections présidentielles de 2007. Entre janvier et mars de cette année-là, neuf réalisateurs sont donc sortis de chez eux, caméra à la main, et ont filmés pendant un jour ce qui leur semblait représentatif de leur pays. Cela va d’une dame assise sur un banc à la journée médiatique d’un élu local.

A chaque fois, c’est le regard d’un cinéaste qui travaille cette réalité, bien loin de l’apparente froideur journalistique. Et c’est bien là toute la force de la démarche : se dégager des stéréotypes télévisuels. Bref, ouvrir de nouvelles voies pour ne jamais laisser le spectateur se complaire dans une pseudo-réalité préfabriquée.

Nous nous faisons le plaisir de partager avec vous deux extraits de notre rencontre avec les membres de « Sans Canal Fixe ». Maud Martin, la principale intervenante, a intégré le collectif à ses débuts. Elle vient de créer avec deux de ses complices de SCF – Cédric Michel et Olivier Daunizeau - la société de production « L’image d’après ». Elle a réalisé pour Un jour en France, le court métrage intitulé La majorité. Quant à Anne Moltrecht, c’est la photographie, dont elle est férue depuis toute petite, qui l’a menée au cinéma. Elle a réalisé dans le cadre du projet un jour en France, le film Jolie Mad’moiselle.

Le parcours du collectif « Sans Canal Fixe »

Le premier extrait retrace le parcours de l’association, de ses origines à aujourd’hui. Ils nous présentent les trois activités principales qui structurent SCF : la réalisation de films individuels ou collectifs, l’éducation à l’image et la diffusion. Cette rencontre fut également l’occasion de discuter autour de la notion de collectif. Qu’est ce qui fait qu’un collectif fonctionne ? Quelle place pour la liberté individuelle tout en maintenant une certaine cohérence ? Voilà quelques questions qui nous brûlaient les lèvres et auxquelles nos interlocutrices ont ont pris plaisir à discuter.

Le collectif « Sans Canal Fixe » à propos des « programmes »

Dans le deuxième extrait, elle nous parle de ce qu’ils appellent « les programmes ». Ce sont les assemblages de courts métrages réalisés au sein du collectif depuis une dizaine d’années, aujourd’hui devenus de véritables archives.. Elle nous explique quels sont les sujets qu’ils affectionnent et comment ils développent leur sélection.

Lien

www.sanscanalfixe.org

Répondre à cet article