Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / L’association / Archives / ciné-club B-docs / B-docs n°08 : Filmer ses parents

Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Mois de mai, signes certains de l’été arrivant, nous vous donnons rendez-vous le 17 précisément pour trois petits moments en famille, avec des oeuvres de Fanny Dal Magro, Charles Fairbanks et Valérie Baeyens. Une des dimensions essentielles du documentaire récent tourne autour de l’intimité que permet la miniaturisation des caméras actuelles : la présence palpable d’un individu derrière l’objectif, ses questions tournées vers les proches, une manière d’interroger le monde au départ de son histoire personnelle. Un beau dimanche pour filmer ses parents.

1. Ce qui reste
de Fanny Dal Magro - 26 minutes - B 2007

Un jour, quand j’étais petite, j’ai demandé à ma grand-mère de me montrer des photos de mon grand-père et elle m’a répondu qu’elle n’avait pas gardé d’objets de quelqu’un qu’elle avait détesté. D’Henri, mon grand-père, je ne sais qu’une chose : il était alcoolique et violent. À vingt-sept ans, je décide de demander à mon père qui il était. Par ce biais, j’essaie aussi de mieux connaître mon père. Mais le chemin est long et douloureux avant de réussir à dialoguer.

2. Contraire
de Valérie Baeyens - 14 minutes - B 2004

Contraire est un film sur deux familles qui ne peuvent vivre ensemble à cause des milieux différents dont elles sont issues. Toutefois leurs quatre petits-enfants et leur passé les unissent à jamais.

Le mariage « n’unissait » pas mes parents, c’est le moins que l’on puisse dire. Tous deux issus d’une classe sociale très différente, ils ont tenté en vain de réunir deux mondes. Cela n’a pas marché, ni pour eux ni pour leurs parents.

3. Pioneers
de Charles Fairbanks - 43 minutes - B 2008

Charles Fairbanks essaie de comprendre les univers différents de ses parents, l’agriculture industrielle de son père et la spiritualité New Age de sa mère. Des émotions fortes et des images radicalement subjectives nous plongent dans des terrains inconnus au coeur de l’Amérique profonde.

Par ailleurs sur le site


« Ce qui reste » de Fanny Dal Magro : la caméra ne suffit pas
Ce qui reste met longtemps à démarrer. Après dix bonnes minutes, la cinéaste confie ses doutes : la place ténue entre cette grand-mère silencieuse et un père qui avoue que la mémoire idéalise toujours. Un père qui essaie de souffrir le moins possible – physiquement et au-delà – alors que Fanny aimerait tout bonnement qu’il soit heureux. C’est cet homme-là, ne refusant pas d’être regardé par sa fille, qui tient le film tout entier


B-Docs N°08 : Filmer ses parents
Dimanche 17 mai 2009 à 18h
L’Aquilone - 25, Blvd Saucy, 4020 Liège
En présence des réalisateurs (sous réserve)

Le même programme sera diffusé à Bruxelles
chez Kranfilm la semaine suivante.
Kranfilm : 26 Place Saint-Géry, 1000 Bruxelles

Répondre à cet article