Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / L’association / Archives / cycle de projections LA FABRIQUE DU CINEMA / La fabrique du cinéma #1 - Dégâts collatéraux de la culture

Autres articles dans cette rubrique

Recherche


Première partie

Disneyland, le Premier Boulot de la Bonne
David ORTSMAN
7’, 2002
collection Est-ce une bonne nouvelle

A Disneyland, le Pays Magnifique, il y a Mickey, Pluto et Donald qui font jubiler les enfants, et dans Mickey, Pluto et Donald il y a les Cast Members, les jeunes que font trimer le Team Leader. C’est une histoire de Cast Member payé au SMIC au Pays Magnifique.

Le tronçon
Yvan PETIT
Production Sans canal Fixe
Vidéo, 16’, 2006

Journal filmé. L’inauguration d’un tronçon d’autoroute, au cœur des stratégies territoriales, et où le réalisateur découvre à sa grande surprise la présence du Ministre de la Culture.

La chaise
Franck GOURDIEN
vidéo (téléphones portables)
35’, 2008
Son de Loïc Blairon

http://franckgourdien.free.fr/

Gardien de musée le temps d’un été, le réalisateur fait partager son expérience de l’enfermement en se mettant en scène dans ce lieu aussi désert que claustrophobique. L’occasion de réfléchir avec ironie sur le monde du travail et la société surveillée dans laquelle nous vivons.

Seconde partie

Art Security Service
Bernard MULLIEZ
88’, 2006


Au printemps 2005, le promoteur immobilier Robelco, frappe les trois coups médiatiques d’un projet de « revitalisation » des Galeries Ravenstein à Bruxelles. 
Afin de « changer l’image de la galerie », le promoteur invite des galeristes à occuper temporairement des magasins. 
Au soir du vernissage, le dispositif de « revitalisation » apparaît in situ dans toute sa violence sociale. 
Au premier étage, les galeries d’art parées de tous les attributs de la légitimité culturelle. 
Au rez-de-chaussée, les cafés appelés à disparaître et leur clientèle frappée du stigmate de l’indignité. 
Bernard Mulliez mène des entretiens avec les différents intervenants. 
Du côté du monde culturel, outre les formes d’(auto) aveuglement ou de lucidité désabusée, le racisme social des agents les plus compromis avec le promoteur laisse sans voix. 
La violence symbolique exercée contre ceux qui travaillent dans les bars du bas de la rotonde vient redoubler la violence économique, voire policière, décortiquées dans ce film, véritable épure des méthodes employées couramment par les promoteurs immobiliers.

à écouter : entretien avec Bernard Mulliez sur Radio Grenouille
à voir : film intégral sur dailymotion


LA FABRIQUE DU CINEMA 1
Dégâts collatéraux de la culture
en collaboration avec Est-ce une bonne nouvelle
lundi 5 octobre, 19h30
à la Compilothèque
50 quai des Péniches - 1000 Bruxelles
p.a.f. 3 €

Répondre à cet article