Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / Geste cinématographique / Défendre des films et ceux qui les font / Deux entretiens avec Denis Gheerbrant

Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Depuis plusieurs décennies, Denis Gheerbrant parcourt seul, caméra en main, les champs saillants de la France à la recherche de ce qui fait société : gens rencontrés au bord des grands routes, habitants des quartiers populaires, vacanciers installés au camping, ethnies convoquées par la lame ouverte d’un génocide. Gheerbrant croit en la capacité de l’autre à faire récit, devenir personnage, produire un élément singulier de l’écriture collective, morceau de légende d’un peuple. La rencontre est une chance, la parole un travail, le film un plaisir à rendre visibles ceux qui souvent ne le sont pas.

Après l’avoir présenté au Festival du Réel à Paris et aux États Généraux du film documentaire de Lussas en 2009, Gheerbrant parcourt les salles avec les copies de son dernier ouvrage, une fresque appelée La république Marseille, véritable projet de cinéma politique. Une fresque de quatre ans dont les différentes stations sont : La totalité du monde, Les quais, L’Harmonie, Les femmes de la cité Saint Louis, Le centre des Rosiers, l’Athlétique Saint-Antoine, Marseille dans ses replis et La République.

Pour la programmation et les débats liés à cette sortie buissonnière, voir le dossier de presse, les photos ainsi que quelques extraits des films sur www.editionsmontparnasse.fr/larepublique

Parallèlement, les Editions Montparnasse éditent dans la collection « Le geste cinématographique » un coffret « Denis Gheerbrant l’arpenteur » qui comprend : Amour rue de Lappe, Question d’identité, Lettre à Johan Van Der Keuken, Et la vie, Le voyage à la mer.

Entretiens


A côté des entretiens écrits que l’on retrouve ça et sur le net, deux radios ont tendu leur micro au cinéaste. Où l’on constate l’art de la parole, une recherche méticuleuse et lente des mots, un vocabulaire et la cohérence d’une démarche qui ne fait cinéma que parce qu’il y a monde. Et vice-versa.

Pour Radio Grenouille, Denis Gheerbrant présente sa collection marseillaise et ses liens avec la ville. 29 minutes diffusées le 11 juin 2009 par Sylvain Gonzalez.

Pour Arteradio.com, Denis Gheerbrant partage le micro avec Jean-Pierre Thorn. (réalisateur notamment du Dos au mur en 1979, qui embrasse les vibrations ouvrières de l’époque au départ d’une grève filmée chez Alsthom à Saint-Ouen) Tous deux s’interrogent sur la place et la singularité du documentaire face à la télévision et son langage-spectacle. La discussion date du 27 février 2004. Une réalisation de Frédérique Pressmann.

Répondre à cet article