Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / Geste quotidien / Quartier de Hodimont : journal de travail / Des portraits de Hodimont / Trajet/Rencontres : 16 février 2011
Cerexhe (rue Jules), Hodimont (rue de), Messieurs (rue des), Moulin (rue du)

Rue des Messieurs, je rencontre 4 jeunes filles qui sortent du Cefa. (école secondaire alternant cours et travail en entreprise, n.d.l.r.) Je reconnais Laura, qui vit depuis toujours dans les bâtiments de Logivesdre (société de logement social de Verviers, n.d.l.r.), rue du Moulin. J’explique en quelques mots le projet HVO : elles sont preneuses et acceptent un cliché. Laura veut bien poser avec ses copines … Elles me refilent leur numéro de gsm pour que je les prévienne quand l’expo aura lieu… Elles filent à l’autre bout de la ville pour leurs cours de l’après-midi…

Le long de la Vesdre, rue Jules Cerexhe, j’aperçois 4 hommes qui déambulent, se dirigeant vers le centre ville. Ils discutent, s’arrêtent de temps en temps pour accompagner leurs paroles de gestes et puis reprennent tranquillement leur balade. Ils s’éloignent. Je prends quelques clichés. Et puis j’accélère la marche dans leur direction.

Avant de les rejoindre, j’entends qu’ils parlent ensemble en espagnol. Je m’arrête à leur hauteur et leur demande si je peux leur poser quelques questions. Ils n’ont pas l’air surpris.

Une petite question (« Est-ce que vous vivez, ici, dans le quartier ? ») et la machine est enclenchée, ils racontent en continuant à flâner : leur balade quotidienne le long de la Vesdre (de Hodimont à Pré-Javais), la crasse sur les berges, le non-respect des gens pour leur environnement (et surtout dans ce quartier), les enfants livrés à eux-mêmes avec des parents qui ne sont plus présents, qui les laissent trainer dans les rues et dégrader leur environnement…

Ils parlent aussi de leur immigration (celle où on venait en Belgique pour travailler et gagner sa vie), et l’immigration actuelle (où les gens viennent pour profiter), leur travail dans les mines,… et puis leurs femmes qui les attendent pour la « comida ». Il est temps de rentrer ! Mais, je peux venir les retrouver un autre jour à la même heure lors d’une autre balade quotidienne…

Rue de Hodimont, Je passe devant un snack « la plancha » et me fais héler par le tenancier qui n’est autre que Yaya Jabri, qui tient l’association Belgo-Marocaine (située un peu plus loin dans la rue, en face du Terrain d’Aventure). Il m’invite à m’assoir et m’offre une soupe marocaine (Harira) délicieuse et me parle de son désir de créer des groupes de paroles intergénérationnels…

Hodimont par ses rues

Répondre à cet article