Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / Geste cinématographique / Qu’est-ce que le cinéma ? / Séminaire III / Shoah et cinéma

Le séminaire III avait pour thème la représentation de la Shoah. A travers l’analyse de plusieurs films, deux manières s’opposent : faire voir versus reconstituer. D’un côté, « Nuit et brouillard » et « Voyages ». De l’autre, « Kapo » et « La liste de Schindler ».

Toutes les pages de la rubrique « Séminaire » sont des retranscriptions de prises de parole et non des textes écrits. Le séminaire Des Images est animé par Patrick Leboutte et lorsqu’aucun nom n’est mentionné dans l’intervention, il en est l’auteur.

Articles de cette rubrique

  • O1 - La Shoah : de qui parle-t-on ?

    Le 30 mars 2005 par Des Images
    Pour la première fois dans les images, des gens nous regardent et nous, spectateurs, ne sommes pas capables d’assumer ce regard. C’est « irregardable » et entre ces visages et nous, il y a un espace infranchissable pour nous qui n’avons pas été là. (...)

    Suite...

  • 02 - La Shoah : de quoi parle-t-on ?

    Le 30 mars 2005 par Des Images
    Des millions de corps recyclés en marchandise. Avec les ossements, du savon. Avec les dents, des balles puisque c’est la guerre. Avec les cheveux, des coussins. Vous avez sûrement vu ces images dans Nuit et brouillard (...)

    Suite...

  • 03 - La Shoah : images de l’après par des opérateurs alliés/ne pas montrer tout de suite

    Le 30 mars 2005 par Des Images
    Ce sont des images qui ont été faites d’abord parce qu’ils n’en croyaient pas leurs yeux. La plupart tremblent. Au départ, ils se sont mis à tourner spontanément, sans ordre de la hiérarchie militaire. Sidération absolue. Ensuite des ordres sont venus pour demander de filmer cela, sans intention d’en faire un film en direction d’une salle de cinéma et de ses spectateurs mais simplement pour avoir la trace de cela a été. (...)

    Suite...

  • 04 - La Shoah : que fait-on avec ce manque d’image ? Les Soviétiques reconstituent et les Anglais font avec ce manque

    Le 30 mars 2005 par Des Images
    Ces deux pôles : je travaille les images que j’ai, les images de l’après, qui ne montrent rien de la spécificité, ou j’en rajoute, je vais retourner les plans qui manquent ; ce vont être les questions qui agitent le cinéma depuis 1945 à propos de la représentation des camps d’extermination. (...)

    Suite...

  • 05 - La Shoah : « Nuit et Brouillard » d’Alain Resnais

    Le 30 mars 2005 par Des Images
    Les seuls plans qui appartiennent à Resnais sont d’une modestie absolue. Il n’y a pas d’effet d’auteur. Cela veut simplement dire : pendant ces plans en couleur, moi, spectateur, je me calme. J’arrête le flux, j’arrête le romantisme du noir et blanc. J’arrête l’anecdote. Je pense. Ces plans me permettent de penser ce que je viens de voir. Cela me paraît capital. (...)

    Suite...

  • 06 - La Shoah : « Kapo » de Gilles Pontecorvo

    Le 30 mars 2005 par Des Images
    La caméra est dans une position singulière : la position de voyeur. C’est la position du kapo, la position du nazi en train de jouir de cette jeune môme terrassée par la vue de ses parents prêts à être enfournés. La caméra se retournant, c’est votre place. C’est vous qui regardez, c’est vous qui jouissez du spectacle. (...)

    Suite...

  • 07 - La Shoah : « La liste de Schindler » de Steven Spielberg

    Le 30 mars 2005 par Des Images
    Elle fonctionne sur qui la scène de la chambre à gaz qui n’en est pas une ? Cela fonctionne sur qui en terme d’efficacité scénaristique telle qu’enseignée à Hollywood ? Cela fonctionne sur ceux qui savent. Si moi je ne sais pas qu’il y a des chambres à gaz, le suspense ne fonctionne plus. C’est parce que je sais que j’ai peur pour mes splendides héroïnes. Si je ne sais pas, que j’ai 12 ans, je vais apprendre avec Spielberg. Le suspense ne fonctionne plus. (...)

    Suite...

  • 08 - La Shoah : réactions autour de « La liste de Schindler »

    Le 30 mars 2005 par Des Images
    je me suis demandé si ce qui rendait le film acceptable aux yeux de beaucoup, de commissions de censure notamment, c’est l’obsession du happy end. A l’échelle du film mais aussi à l’échelle de chaque plan. Et jusqu’à la scène de la douche. Le film n’existera pas sans happy end. (...)

    Suite...

  • 09 - La Shoah : « Voyages » d’Emmanuel Finkiel

    Le 30 mars 2005 par Des Images
    Rien que cette petite phrase avec une faute de français lorsque l’un des protagonistes relate cette anecdote où un camarade des camps lui rend la photo de ses parents bien après la guerre : « Vous savez comment qu’on dormait ». Cette légère faute attire mon attention. De deux choses, l’une : ou je sais comment on dormait parce que j’ai vu des archives, des photos, parce que je suis allé à Auschwitz et ce souvenir remonte à ma conscience ou je ne le sais pas et je ne peux que me poser la question et penser que cela n’était pas évident. Je n’ai pas besoin que l’on me reconstitue en studio le « comment qu’on dormait ». (...)

    Suite...