Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / L’association / Archives / divers / Images au poing - Pour Cockerill (27 mars 2003)

Suite à l’annonce de la fermeture de la phase à chaud du site liégeois de Cockerill-Sambre en 2003, nous avons décidé de modestement aller montrer nos images et surtout écouter. La question ce soir-là était la parole ouvrière.

Jeudi 27 mars 2003 à 18h Centre Culturel de Seraing

 Introduction à la soirée par Emmanuel Massart

18h20

Week-end à Sochaux

Réalisé par le groupe Medvedkine de Sochaux - 1971, 57 mn
 Présentation par Patrick Leboutte

CONTEXTE en 1970
 Cockerill est alors une entreprise qui bénéficie des années dorées, produisant au maximum de ses capacités malgré quelques revers, assurant à l’entreprise la cinquième place européenne en terme de production d’acier brut.

19h20

Lorsque le bateau de Léon M. descendit la Meuse pour la première fois

Réalisé par Luc et Jean-Pierre Dardenne - 1979, 40 mn
 Présentation par Marc-Emmanuel Mélon

CONTEXTE en 1980
 L’état prend en 1979 28,9% de part de Cockerill. La sidérurgie wallonne est alors sur le point de vivre la réunion des bassins carolorégiens et liégeois : espoirs de maintenir le travail face à une nouvelle période de restructurations et de licenciements.

20h00-21h00 Table ronde animée par Marc-Emmanuel Mélon avec Patrick Leboutte, Cédric Lomba et Laurent Hasse -(Les intervenants)

 I Ouverture du débat
 II Prise de parole de Patrick Leboutte (I)
 II Prise de parole de Patrick Leboutte (II)
 III Proposition de Bénédicte Liénard
 IV Réactions de la salle (I)
 IV Réactions de la salle (II)
 V Prise de parole de Cédric Lomba
 VI Prise de parole de Laurent Hasse

21h00

Sur les cendres du vieux monde

Réalisé par Laurent Hasse - 2001, 73 mn
 Présentation par Cédric Lomba

CONTEXTE en 2003
 Cockerill-Sambre, déjà avalé par le français Usinor, est dissout plus encore dans un géant mondial : Arcelor. Le groupe veut produire la tonne d’acier à 175 Euros alors qu’elle en coûte 195 à Liège.

EXTRAITS DU COMMUNIQUÉ DU CONSEIL D’ADMINISTRATION D’ARCELOR DU VENDREDI 24 JANVIER 2003

« Le conseil d’administration a constaté qu’il existera une surcapacité structurelle de production d’aciers plats, à laquelle vient s’ajouter un volume important de carnet de commandes non rentable. Il a donc demandé à la direction générale de préparer toutes les mesures nécessaires en vue de la concentration des investissements futurs sur les sites les plus compétitifs afin de garantir la position du groupe dans son ensemble. Il en résulterait que les investissements importants de réfection des hauts-fourneaux dits « continentaux » ne seraient pas réalisés » (...)

(source : Le soir du 25 et 26 janvier 2003).

 Retour

Articles de cette rubrique

  • Intervenants

    Le 2004 par Des Images
    (Par ordre alphabétique) Laurent Hasse Originaire de la vallée de la Fensch, nord-ouest de la France, sidérurgie lorraine, mines et traditions ouvrières. Son lycée terminé, il a quitté sa région pour (...)

    Suite...

  • Présentation de la soirée par Emmanuel Massart

    Le 2004 par Des Images
    Cette soirée au centre culturel de Seraing, l’une de nos premières activités, était née de l’envie d’aller voir là-bas, là où la Meuse est bordée des usines et des hommes qui en vivent encore, leurs ambiguïtés et la menace à nouveau d’une disparition. Nous avions une urgence comme tous les Liégeois en apprenant fin janvier la fermeture programmée d’une partie des installations de Cockerill. Naïvement s’est posé la question de savoir ce que nous pouvions faire : d’abord, de l’écoute...

    Suite...

  • Présentation de « Week-end à Sochaux » par Patrick Leboutte

    Le 2004 par Des Images
    (...) Je sais qu’entre le monde ouvrier et les intellectuels, souvent il y a eu des cassures ou des incompréhensions. Moi, je revendique cette étiquette d’intellectuel. L’image, le monde est une revue d’intellectuels. Nous écrivons. Intellectuel mais pas dans le sens que nous avons souvent en tête. Je ne pense pas Bernard-Henry Lévy et tous ces gens que l’on voit parader à longueur d’émissions télévisées chez Pivot et les autres, répétant sans cesse la même chose. Ca, ce sont les intellectuels domestiques comme on parle d’un chat ou d’un chien domestique.(...)

    Suite...

  • Présentation de « Lorsque le bateau... » par Marc Mélon

    Le 2004 par Des Images
    Lorsque le bateau de Léon M. descendit la Meuse pour la première fois est le deuxième film des frères Dardenne, leur deuxième vidéogramme pour être exact. Luc et Jean-Pierre Dardenne avaient d’abord travaillé avec Armand Gatti, un homme de théâtre et cinéaste, et ils avaient été très marqués par leur personnalité, par son engagement politique, par sa résistance durant la seconde guerre mondiale.(...)

    Suite...

  • 01 - Ouverture du débat

    Le 2004 par Des Images
    (...) « Nous sommes aujourd’hui à Liège face à une crise grave - la suppression de la chaîne à chaud de Cockerill - avec toutes les conséquences inévitables sur l’avenir de l’usine, de Seraing et de toute la région. » (...)

    Suite...

  • 02 - Prise de parole (I) par Patrick Leboutte

    Le 2004 par Des Images
    (...) « En résumé, filmer la parole ouvrière, c’est selon moi être capable d’écouter. C’est demander d’écouter, c’est faciliter l’écoute et c’est filmer les corps. » (...)

    Suite...

  • 03 - Prise de parole (II) par Patrick Leboutte

    Le 2004 par Des Images
    (...) « C’était bouleversant de voir des gens de Seraing arriver tout à l’heure les uns après les autres. Un plus un plus un demandant : Où cela se passe ? » (...)

    Suite...

  • 04 - Proposition de Bénédicte Liénard

    Le 2004 par Des Images
    (...) « Le groupe Medvedkine Liège a tout pour exister et quelque part, existe. Nous sommes un collectif de Liège et de Bruxelles qui depuis le mois de janvier réfléchissons à la situation liégeoise. » (...)

    Suite...

  • 05 - Réactions de la salle (I)

    Le 2004 par Des Images
    (...) « C’est quand nous étions en grève en 80 qu’il fallait venir tourner un film. Ce n’est pas maintenant. » (...)

    Suite...

  • 06 - Réactions de la salle (II)

    Le 2004 par Des Images
    (...) « Vous posez aussi la question : pourquoi cette histoire de silence ? Comme cela a été dit, nous ne sommes plus que 7000 et nous sommes face à une multinationale. » (...)

    Suite...

  • 07 - Prise de parole de Cédric Lomba

    Le 2004 par Des Images
    (...) « Je pense que l’on peut rendre compte d’ouvriers en dehors des grèves et des manifs, c’est-à-dire dans ce quotidien. Il y a une dignité du travail et du quotidien. Il me semble qu’à se focaliser sur la résistance, on se focalise sur une partie de la classe ouvrière. » (...)

    Suite...

  • 08 - Prise de parole de Laurent Hasse

    Le 2004 par Des Images
    (...) « J’ai fait acte de résistance. Pour m’en convaincre, j’ai eu l’occasion de rencontrer des élus locaux en Lorraine, de gauche, qui m’en voulaient profondément : vous n’avez pas le droit de faire un film comme celui-là sur la région. » (...)

    Suite...

  • Présentation de « Sur les cendres du vieux monde » par Cédric Lomba

    Le 2004 par Des Images
    (...) Nous sommes dans une région sinistrée : Laurent a parlé tout à l’heure de guerre. Une guerre économique, plutôt présentée comme une défaite ouvrière. Un monde qui se désindustrialise sans résistance. Un monde apathique du moins dans sa forme collective. C’est une double mort : le passé du cinéaste d’une part - enfant et adolescent - sur lequel le film revient. D’autre part, la mort de la région dont l’usine faisait la vie. (...)

    Suite...