Les Vues Liégeoises

n.f. (Généralt au plur.) Images en mouvement de 50 secondes maximum enregistrées à Liège. Loc. faire une Vue Liégeoise : filmer. Ex. : Tu as mauvaise mine ce matin. Tu devrais faire une Vue Liégeoise. Par ext. Portrait collectif d'une ville aujourd'hui par ceux qui y flânent.

Les Vues Liégeoises ont débuté le 9 août 2003 et se sont (provisoirement ?) clôturées le 07 mars 2008. Le catalogue compte 105 vues.
 

Get Adobe Flash player

Si vous ne pouvez pas afficher le lecteur Flash, cliquez ici pour accéder aux Vues Liégeoises

 

Les Vues Lumière

Les Vues Liégeoises s'inspirent des inventeurs du cinématographe, en 1895 : les frères Lumière. Avec pour tâche de vendre leur drôle de nouvelle machine qui capture le mouvement, ils réalisent quelques bobines de film et font l'expérience de ces images qui bougent, projetées sur un drap dans une arrière-cour de café. Ainsi sont nées les Vues Lumière et simultanément, la salle de cinéma, le spectateur... Ces Vues ne sont pas que de glorieux ancêtres un peu poussiéreux. Elles concentrent une écriture, une mise en scène. Sans studio de tournage à disposition, les Lumière tournaient en extérieur, pour baigner dans le réel de la ville !

+ Arrivée d'un train à La Ciotat (1895)

Le geste cinématographique

Le cinéma est né du documentaire, de la vie prise sur le vif, avant que les inconnus ne deviennent des acteurs et qu'une économie de l'argent et des stars ne se mette en place. Quand nous disons "cinéma", nous cherchons cette source et ceux qui s'en sont abreuvés. Une part minoritaire : des filmeurs plutôt que des oeuvres, des spectateurs hors les murs pour devenir acteurs de leur vie. La caméra relie les uns et les autres, articule vies singulières et monde commun. Les yeux se touchent, les mains sont maladroites, le geste est là, cinématographique. Un cinéma de peu où la maîtrise laisse place aux soleils non maîtrisables.

+ Nous ne sommes pas seuls

Une ville : Liège

La géographie de Liège invite au regard : une vallée cernée de collines comme autant de points de vue. On peut voir loin depuis ces hauteurs mais pour mieux saisir la vie, il faut plonger dans les quartiers, prendre les rues pour ce qu'elles sont : des bouts d'identité accrochés aux habitants, connus des passants. Flâner dans Liège permet de saisir les tensions entre le centre et la périphérie, les allures bourgeoises et les replis sauvages, l'histoire et le présent, le pouvoir et la foule... Aller voir, aller sentir, chercher et le sens et ce qui s'échappe en fumets poétiques... C'est la noblesse du vagabond, le vent dans le dos du filmeur.

+ Liège racontée par quelques filmeurs

Georges Yu

Dans notre mémoire, à quel autre arpenteur de Liège penser que Georges Yu et « Les rues de Liège », en 1956 ? Yu raconte en quelques plans : des collines, l’œil balaie la vallée cernée par les usines, toisant les rangées de maisons étroites. Les hommes et les femmes quittent le foyer pour le travail. Au milieu, les venelles et les boulevards. Le train des Lumière devient tram. En 1978, « Une nuit ce jour-là » y ajoutera son envers nocturne, un soir de finale de coupe du monde à l’autre bout de l’océan. Les Vues Liégeoises ont rencontré à l'été 2005, par hasard, un drôle de Chinois en bord de Meuse. Un peu plus qu’une vue, un hommage et une filiation.

+ Rencontre avec Georges Yu

La carte des Vues


Voir les Vues Liégeoises sur une carte plus grande.

Remerciements

A tous ceux et celles qui ont filmé, aidé, porté un désir commun : Aris, Catherine, Roger, Thierry, Bruno, Laurent, Delphine, Lionel, Marc, Cindy, Julien, Anne, Louise, Patrick, Margot, Maud, Raphaël, Alexandra, Nadia, Eve, Ingo, Mamita, Véronique, Vincianne, Thomas, André, Sabine, Olivier, Philippe et d'autres pour qui nous avons la mémoire qui flanche.

Citation

Le cinéma que j’aime n’a rien à voir avec la Technique ni avec la Maîtrise, ni (par conséquent) avec le Pouvoir. Le cinéma que j’aime a, au contraire, tout à voir avec le hasard converti en chance, c’est-à-dire avec le miracle. Et ce cinéma est à la portée de quiconque sait ouvrir ses yeux et ses oreilles. Bonne chance au projet des Vues Liégeoises !
André S. Labarthe (critique et cinéaste )

Crédits

Les Vues Liégeoises ont été développées
avec amour et patience par l'Asbl Des Images. Un mot, une idée, faire une demande de projection ou autre ? Utilisez notre formulaire de contact !